Accueil Thèses de médecine générale URGENCE SOCIALE ET ETUDES MEDICALES : L’EXPERIENCE D’UNE NUIT D’OBSERVATION AU SAMU SOCIAL DE PARIS

Publié le : 25 avril 2012
Imprimer cet article

URGENCE SOCIALE ET ETUDES MEDICALES : L’EXPERIENCE D’UNE NUIT D’OBSERVATION AU SAMU SOCIAL DE PARIS
Thèse de Céline HOFFMANN, présentée et soutenue publiquement le 24 juin 2011.

L’épidémiologie de la population des sans-domiciles fixes est assez difficile à appréhender au vu de la rareté des enquêtes disponibles.

Introduction

L’épidémiologie de la population des sans-domiciles fixes est assez difficile à appréhender au vu de la rareté des enquêtes disponibles. On estime en France qu’il y aurait au moins 90 000 personnes à ne disposer d’aucun toit. Comparativement aux autres formes de précarité, la précarité au logement est liée de façon indépendante à un accès limité aux soins. Ces chiffres ont conduit, dans les années 90, sous l’impulsion du Dr Xavier Emmanuelli, à la création du Samu Social de Paris. Cette structure gère le 115, numéro d’appel gratuit, pour signaler des personnes en difficulté dans la rue, et mobilise des Equipes Mobiles d’Aide, maraudant auprès des sans-abris dans les quartiers parisiens afin de leur venir en aide. Depuis 2008, la Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie a mis en place, sous l’impulsion du Pr Alexandre Duguet, un stage obligatoire à l’attention des étudiants en DCEM2, au cours du pôle d’enseignement « Urgences-Réanimation ». Ce stage est constitué d’une nuit d’observation au Samu Social de Paris. Les étudiants participent ainsi à l’écoute des appels du 115 et à la maraude en intégrant une Equipe Mobile d’Aide, validant leur garde par la rédaction d’un commentaire libre. L’objectif de ce travail est de prouver qu’une expérience ciblée peut être bénéfique pour l’étudiant en médecine, tant en terme de connaissance institutionnelle qu’en terme d’empathie et d’humanité, nécessaires dans notre profession.

Méthodes

Analyse descriptive textuelle de 445 commentaires recueillis sur 18 mois. Réalisation d’une enquête prospective sur les connaissances des étudiants d’Ile-de-France sur l’urgence sociale au moyen d’un questionnaire diffusé au cours des mois de mars et avril 2011.

Résultats

L’étude des 445 commentaires recueillis par statistique textuelle permet d’identifier un certain nombre de typologies d’étudiants. Les étudiants expriment majoritairement l’émotion ressentie (vocabulaire ayant trait au lien, à la joie...). On observe deux typologies d’étudiants, s’opposant selon qu’elles expriment la prise en charge médicale ou au contraire la prise en charge sociale (les deux ne semblant pas être intriquées). On retrouve ensuite des expressions minoritaires mais intenses relatives au caractère contraint du stage, qui reflètent l’appréhension de la misère et de la violence qui l’accompagne. L’étude prospective concernant les étudiants en médecine d’Ile de France montre que les étudiants ayant bénéficié de l’intervention « Samu Social de Paris » ont une meilleure connaissance de l’institution et de la prise en charge sociale. Cette étude souligne ensuite la difficulté des étudiants en médecine à communiquer avec la population des sans-domiciles fixes Cette étude met aussi en avant la demande forte des étudiants à bénéficier d’un enseignement spécifique sur les urgences sociales.

Discussion

La formation des étudiants à la prise en charge de l’urgence sociale et de la précarité nous semble à ce jour très insuffisante au cours des études médicales. La demande des étudiants interrogés semble cependant forte. L’expérience menée à la Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie apparaît enrichissante pour les étudiants. Cet enrichissement est exprimé par les étudiants dans leurs commentaires de manière variée, avec souvent une composante émotionnelle forte. Ceci nous incite à poursuivre l’expérience et si possible à l’étendre à l’ensemble des facultés de la région et du territoire. Par ailleurs, ce travail souligne l’importance de la difficulté des étudiants en médecine à communiquer avec la population des sans-domiciles fixes. Cette difficulté entrave de façon certaine l’établissement d’une relation médecin-malade de qualité. Dans le même objectif d’humanité et d’empathie, d’autres terrains de stages pourraient être proposés afin d’améliorer la prise en charge globale de tout type de patient par nos futurs médecins.


Documents joints à l'article

Totalité de la thèse de C. Hoffmann

Cliquez ici pour réagir à cet article