CMGE - UPMC
Accueil du site > Thèses de médecine générale > Les représentations cinématographiques de la relation médecin-malade

Les représentations cinématographiques de la relation médecin-malade

Thèse de Clémentine AUREGAN présentée et soutenue publiquement le 17 décembre 2008.

samedi 28 mars 2009

Illustration cinématographique du rapport du médecin aux trois dimensions du corps malade

La relation médecin-malade : une préoccupation centrale dans notre société moderne comme en témoignent les innombrables films et séries télévisées récentes qui n’ont de cesse de décrypter le monde médical.
- une première partie consacrée à l’évolution historique du rapport du médecin au corps malade,
- une deuxième partie appréhende le corps malade dans sa trinité, à savoir le corps objet de la science, le corps en tant qu’image et le corps dans sa dimension symbolique, immatérielle.
- une troisième partie explore la représentation cinématographique du rapport du médecin à ces trois dimensions du corps malade à travers des scènes emblématiques de films de genres différents. Le plus souvent le cinéma donne à voir un médecin stéréotypé, réduisant le corps à sa fonction d’objet, ou d’image ou de symbole. Les contraintes techniques et le support même du film sont-elles à l’origine de cette vision réduite ? De ce fait, il serait intéressant d’aborder la même question au travers des grandes figures de personnages de médecins dans la littérature.

The film representations of the relationship doctor/ patient.

The relationship between doctor and patient is a key issue in today’s society as can be seen in the innumerable films and television series endlessly scrutinizing the medical world. After a first part dedicated to the historical evolution of the doctor’s attitude to the sick body, a second part analyses the sick body in its triple aspect, that is, the body as subject of Science, the body as a picture and the body in its symbolic immaterial dimension. Then comes a third part which explores the cinema representation of the doctor confronted with the three dimensions of the sick body in emblematic scenes of a wide range of films. Most of the time, the cinema gives a stereotyped vision of the doctor, the body being reduced to one of its functions, object, picture or symbol. Are the technical constraints and the very essence of the film the reasons of this partial vision ? In that case, it would be interesting to try and answer the same question through the study of great figures of doctors in literature.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0