CMGE - UPMC
Accueil du site > Thèses de médecine générale > La diarrhée à Campylobacter spp. : quelles pratiques à modifier pour (...)

La diarrhée à Campylobacter spp. : quelles pratiques à modifier pour améliorer son diagnostic et sa prise en charge ?

Thèse de Maud QUEAU, présentée et soutenue publiquement le 2 décembre 2011.

mercredi 14 décembre 2011

En France, la campylobactériose serait la deuxième cause de toxi-infection alimentaire derrière la salmonellose : près de 4 000 cas sont recensés chaque année. En comparaison, en moyenne 7 000 cas de salmonellose sont recensés chaque année en France, ce qui correspond à un taux de notification de 9 infections pour 100 000 habitants.

Résumé :

La campylobactériose actuellement première zoonose alimentaire dans les pays industrialisés, pose de multiples problèmes de gestion sanitaire, de diagnostic, d’antibiorésistance. Elle est probablement sous-estimée en France.

Objectif :

Évaluer la connaissance de cette pathologie par les médecins généralistes, ainsi que la proportion et les motivations de la recherche de Campylobacter spp. par les laboratoires de ville.

Méthode :

Enquête réalisée à Paris auprès des laboratoires de biologie médicale (non affiliés au réseau de surveillance) et de médecins généralistes. 143 laboratoires ont été interrogés par téléphone sur leur pratique de recherche du Campylobacter spp. par coproculture, 49 médecins généralistes ont répondu à un questionnaire portant sur leurs connaissances.

Résultats :

Sans prescription spécifique, seuls 52 % des laboratoires recherchaient systématiquement le Campylobacter lors d’une coproculture, 29 % selon leurs propres critères, 19 % ne le recherchaient pas.

Les aspects cliniques et épidémiologiques de la campylobactériose étaient mal connus par la majorité des cliniciens. 39 % choisissaient en première intention une antibiothérapie par fluoroquinolone. Seuls 14 % avaient connaissance de recommandations sur les indications d’examens de selles.

Conclusion :

La méconnaissance des médecins et une recherche diagnostique qui reste aléatoire par les laboratoires sont probablement à l’origine d’une sous-estimation de cette pathologie en médecine de ville.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0