CMGE - UPMC
Accueil du site > Thèses de médecine générale > LES PERSONNES AGEES EN AUTO-NEGLIGENCE : UN DES DEFIS DE LA MEDECINE (...)

LES PERSONNES AGEES EN AUTO-NEGLIGENCE : UN DES DEFIS DE LA MEDECINE AMBULATOIRE

Thèse de Stéfan PAU-MONTERO, présentée et soutenue publiquement le 6 janvier 2011.

mercredi 20 juin 2012

Depuis 2001, le réseau de gériatrie AGEP (Association de Gériatrie de l’Est Parisien) a pour but d’améliorer les soins délivrés aux personnes âgées de l’est parisien. L’association s’est notamment vue sollicitée par les professionnels socio-sanitaires pour évaluer des personnes âgées à leur domicile. Cette activité a été nommée « situations complexes ». En assistant à certaines de ces visites j’étais surpris de leur complexité médico-psycho-sociale et de la détresse dans laquelle se trouvaient nombre de patients. Ces personnes étaient souvent très isolées, sales, dans des logements insalubres et sans suivi médical. Ce sont les données collectées lors de ces « visites de situations complexes » qui font l’objet de cette thèse.

Depuis sa création en 2000, le réseau de gériatrie AGEP (Association de gériatrie de l’Est Parisien) a été sollicité pour intervenir auprès de personnes âgées exclues dans leur propre domicile et manquant de soins sanitaires.

Les dossiers des 225 premiers patients ont été analysés.

Parmi ces personnes de moyenne d’âge 81 ans,
- 49% n’ont pas de médecin traitant,
- 47% n’ont pas d’entourage efficace,
- 32% sont dénutris,
- 31% vivent dans des domiciles insalubres.

L’étude de la bibliographie internationale a fait étudier cette population sous l’angle du concept américain d’auto-négligence (=self-neglect). Parmi les 157 personnes qualifiées d’auto-négligentes
- 67% n’ont pas de médecin traitant,
- 58% sont désocialisées,
- 47% malnutries. Il n’y a pas eu de différence significative pour la proportion de troubles cognitifs, de refus de soins ou d’une revendication du mode de vie.

D’autres auteurs ont démontré l’existence de co-morbidités et d’une surmortalité à court terme liées à l’auto-négligence.

L’auto-négligence des personnes âgées devient une préoccupation de santé publique dans de nombreux pays. Des voies entières de recherches sont à défricher. La reconnaissance d’un syndrome gériatrique « d’auto-négligence » (à l’instar des chutes, de la dénutrition, des incontinences) doit permettre une (meilleure) prise en charge de ces personnes jusque-là exclues du parcours de soin traditionnel.

Ces personnes sont vouées à être prises en charge par des équipes multidisciplinaires ambulatoires formées à leur rendre le système de soins à nouveau accessible.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0