CMGE - UPMC
Accueil du site > Thèses de médecine générale > Suivi des femmes atteintes d’un cancer du sein non métastatique en (...)

Suivi des femmes atteintes d’un cancer du sein non métastatique en médecine générale : Etude menée dans l’Est Parisien.

Thèse de Christelle MACCHI, présentée et soutenue publiquement le 9 novembre 2012.

lundi 21 janvier 2013

En France, en 2012, le cancer du sein constitue la première cause de mortalité par cancer chez la femme. Du fait des progrès médicaux réalisés ces dernières décennies, le nombre de femmes en rémission et nécessitant un suivi médical prolongé ne cesse d’augmenter, posant de véritables difficultés organisationnelles. Le suivi de ces femmes se voit actuellement de plus en plus confié aux médecins généralistes

L’objectif de ce travail de thèse a été de décrire l’implication des médecins généralistes de trois arrondissements de l’Est parisien, dans le suivi post-thérapeutique de leurs patientes atteintes d’un cancer du sein non métastasé.

Nous avons pour cela choisi de mener une étude descriptive basée sur le volontariat, incluant 232 médecins généralistes.

Le taux de participation a été de 43 %. Si la totalité des médecins généralistes interrogés ont reconnu avoir au moins une femme atteinte d’un cancer du sein dans leur patientèle, 53,1 % d’entre eux déclarent participer assez souvent au suivi post-thérapeutique. Cette participation se fait principalement sur les plans du soutien psychologique et de l’aide à la réinsertion socioprofessionnelle. Seulement 51,5 % de ces médecins déclarent participer assez souvent ou souvent au suivi sénologique en lui-même.

Cette étude nous a permis de constater la grande hétérogénéité qui existe dans le suivi des femmes atteintes d’un cancer du sein en médecine générale, certains champs du suivi, pourtant essentiels, n’étant que très rarement abordés.

Une définition plus claire du rôle du médecin généraliste dans le suivi de cette maladie et la création d’un référentiel pourraient sans doute améliorer la surveillance complexe de ces patientes.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0