CMGE - UPMC
Accueil du site > Thèses de médecine générale > Approches nutritionnelles au cabinet du médecin généraliste, analyse des (...)

Approches nutritionnelles au cabinet du médecin généraliste, analyse des contenus et des représentations à partir d’enregistrements vidéo de consultations de Médecine Générale

Thèse de Marine VUILLEMIN-BAILLIF, présentée et soutenue publiquement le 10 janvier 2013.

lundi 28 janvier 2013

Le lien entre santé et nutrition suscite un intérêt croissant et occupe fréquemment le premier plan de l’actualité

Le lien entre santé et nutrition suscite un intérêt croissant et occupe fréquemment le premier plan de l’actualité.

Notre étude a pour objet l’analyse des approches nutritionnelles au cabinet du médecin généraliste à partir d’enregistrements vidéo de consultations de médecine générale. Il s’agit d’une étude quantitative et qualitative avec une composante ethnographique.

Notre travail vise à identifier dans les consultations, les thèmes relatifs à la nutrition, à analyser leur diversité, leur contenu et leurs modes d’expression. L’analyse sémantique des échanges entre les médecins et leurs patients a permis d’étudier les représentations que sont les croyances, les préjugés et les stéréotypes relatifs aux champs de la nutrition en se fondant sur la structure des représentations sociales. Une analyse structurelle de ces représentations a été effectuée selon le modèle de J.-C. Abric.

Sur l’ensemble de notre base de données (177 vidéos), près d’un tiers des enregistrements a fait l’objet d’une approche nutritionnelle, majoritairement lors de consultations non dédiées à un problème de nutrition.

Les thèmes du surpoids et de l’obésité étaient les plus représentés.

Parmi les représentations repérées dans ce travail, les croyances étaient prépondérantes aussi bien chez les patients que chez les médecins.

Nous constatons que l’approche nutritionnelle au cabinet médical mobilise de nombreuses représentations sous forme de croyances de santé tant chez les praticiens que chez les patients. Ces représentations communes, bien qu’erronées, permettent une zone d’échange dans la relation de soins.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0