CMGE - UPMC
Accueil du site > Thèses de médecine générale > Le Dossier Médical Personnel (DMP), enquête auprès de médecins généralistes (...)

Le Dossier Médical Personnel (DMP), enquête auprès de médecins généralistes sur leurs connaissances et leurs besoins de formation

Thèse de Lydia OUMAKHLOUF, présentée et soutenue publiquement le 19 juin 2014.

lundi 23 juin 2014

Le Dossier Médical Personnel (DMP) est le fruit de neuf ans de réflexion et d’expérimentation. Il s’agit d’un dossier médical électronique partagé interopérable à l’échelle nationale et accessible à tous les bénéficiaires de l’assurance maladie. La mission d’hébergement et la stratégie de déploiement du DMP ont été attribuées à l’ASIP santé qui est groupement d’intérêt public chargé de favoriser le développement des systèmes d’information partagés dans les domaines de la santé et du médico-social.

Matériel et méthodes :

Dans le cadre de son plan de déploiement du DMP, l’ASIP santé publie un cahier des charges d’appel d’offre destiné aux organismes de formation agréés par l’Organisme Gestionnaire Conventionnel de la Formation Conventionnelle Professionnelle (OGC FPC). 2500 questionnaires sont envoyés aux médecins ayant déjà participé aux formations de la SFTG.

Résultats :

En une semaine, 185 réponses ont été collectées. Il a été réalisé tout d’abord une analyse descriptive des résultats des questionnaires puis une étude de l’influence que peuvent avoir l’année de thèse, le mode d’exercice et le lieu d’installation des médecins répondants sur les réponses aux questions portant sur les principes du DMP, éventuelle expérience de création et le souhait de participer à une action de formation par la SFTG. Les médecins répondants exerçaient majoritairement en cabinet de groupe, en grande ville. L’année médiane de thèse était 1986 et celle de leur installation 1989. Nous avons observé une majorité de médecins ne connaissant pas les principes et les différents aspects du DMP. Ils sont minoritaires quant à l’expérience de création d’un DMP. Une volonté d’accroître leurs connaissances et leurs compétences sur ces différents aspects est constatée chez une majorité d’entre eux. Ils sont majoritaires à souhaiter une action de formation par la SFTG. L’année de thèse, le lieu d’installation et le mode d’exercice n’influençaient pas significativement les connaissances des principes du DMP, ni leurs besoins de formation. On a mis en évidence les tendances suivantes : Les médecins exerçant en zone urbaine (grande ville et banlieue) étaient plus nombreux à avoir déjà réalisé un DMP, alors que ceux exerçant en zone rurale connaissaient plus les principes du DMP avec des p respectifs à 0,2 et 0,09. Les médecins, ayant soutenu leur thèse après 2002, étaient plus nombreux à souhaiter participer à une action de formation avec la SFTG, avec un p= 0,13.

Discussion :

Les médecins généralistes sont majoritaires à ne pas connaître les principes du DMP, quelque soit leur âge, leur mode d’exercice ou leur lieu d’installation. Ils sont majoritaires à désirer participer à une action de formation sur le DMP. Des études effectuées dans des régions pilotes, démontrent de façon significative, que les médecins formés avaient plus d’ouverture de DMP à leur actif.

Conclusion :

Le manque d’information semble être responsable de la faible proportion de DMP créé. Il serait donc pertinent d’inclure le DMP dans le DPC.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0