CMGE - UPMC
Accueil du site > Thèses de médecine générale > BCG : enquête sur les pratiques et déterminants de la vaccination BCG chez (...)

BCG : enquête sur les pratiques et déterminants de la vaccination BCG chez des médecins généralistes en Seine-et-Marne, un département ou il est toujours fortement recommande de vacciner les enfants depuis la levée de l’obligation vaccinale.

Thèse de Nha-Huyen Aurélia NGUYEN-GOUEZ, présentée et soutenue publiquement le 26 septembre 2014.

jeudi 9 octobre 2014

La tuberculose est une maladie présente dans le monde mais la France fait partie des pays à faible incidence. C’est pourquoi la politique vaccinale a été modifiée en 2007 qui a suspendu l’obligation vaccinale par une vaccination dite ciblée

Introduction :

La tuberculose est une maladie présente dans le monde mais la France fait partie des pays à faible incidence. C’est pourquoi la politique vaccinale a été modifiée en 2007 qui a suspendu l’obligation vaccinale par une vaccination dite ciblée. Les enfants de Seine et Marne sont concernés par cette vaccination car ils sont considérés à risque élevé comme tous les habitant de l’Ile de France.

Matériel et Méthode :

Nous avons interrogé 300 médecins généralistes libéraux installés en Seine et Marne par courrier à l’aide d’un questionnaire afin de connaître leurs pratiques ainsi que les déterminants vis a vis de la vaccination BCG. Cette enquête a eu lieu entre le 30 mars 2013 et le 30 juin 2013 : 130 médecins ont répondu.

Résultats :

85% des médecins réalisent actuellement la vaccination BCG. Ceux qui connaissent les recommandations officielles actuelles et ceux qui vaccinaient avant 2007 réalisent plus la vaccination. Les médecins ne réalisant pas la vaccination estiment rencontrer plus fréquemment des complications à la vaccination et adressent plus fréquemment les enfants à un confrère pour réaliser la vaccination. Les principaux freins évoqués sont la complexité de la réalisation de l’injection intradermique, la disparition du Monovax® ainsi que les effets secondaires et les complications à la vaccination.

Conclusion :

Près de 75% des enfants Seine et Marnais sont vaccinés par le BCG. Afin d’améliorer ce taux de vaccination, il serait utile de renforcer la communication autour de la politique vaccinale (utilité du vaccin, ses limites, la population ciblée, les techniques d’injections, les effets normaux attendus suite a la vaccination mais également les complications etc...) par le biais des autorités sanitaires, des médias, de la formation des futurs professionnels de santé et de l’enseignement postuniversitaire.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0