CMGE - UPMC
Accueil du site > Thèses de médecine générale > Prévalence et acceptabilité du dépistage par auto prélèvement des (...)

Prévalence et acceptabilité du dépistage par auto prélèvement des infections uro-génitales basses à CT chez les femmes asymptomatiques de moins de 31 ans consultant en médecine générale.

Thèse de Aude LE FLOCH-MICHEL, présentée et soutenue publiquement le 9 octobre 2014.

lundi 3 novembre 2014

L’infection urogénitale à Chlamydia trachomatis est l’infection sexuellement transmissible bactérienne la plus fréquente dans les pays industrialisés. Majoritairement asymptomatique, elle peut causer d’importantes séquelles dont les traitements sont lourds et coûteux.

Objectifs

Estimer l’acceptabilité du test d’auto prélèvement vaginal par les médecins et les patientes, et la prévalence de l’infection en cabinet de médecine générale.

Matériel et méthodes

Distribution de 493 tests d’auto prélèvement vaginal à des patientes de moins de 31 ans, sexuellement actives, asymptomatiques, par 10 médecins généralistes exerçant en cabinet libéral ou en centre de santé en région parisienne. Le test utilise l’amplification génique par PCR.

Résultats

La prévalence globale est de 9,74% (9,87% au CMS sur 466 tests réalisés ; 7,41% en cabinet libéral sur 27 tests réalisés). Les patientes ont toutes bien accepté ce test. Les généralistes ont accueilli favorablement ce dépistage, mais évoquent principalement les problèmes de manque du temps pour l’information de la patiente et leur gêne à aborder un sujet de sexualité.

Conclusion

La compliance des patientes et l’adhésion des médecins généralistes incitent à penser qu’un dépistage serait réalisable au cabinet. Sensibiliser au préalable la population par des campagnes d’information, rendre le test gratuit, organiser et rémunérer une consultation de prévention en médecine générale faciliteraient le dépistage. Le coût du dépistage par ce test d’auto prélèvement, plus faible que le coût du traitement des complications, pourrait contribuer à baisser significativement les dépenses en matière de santé.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0