CMGE - UPMC
Accueil du site > Thèses de médecine générale > Dépistage de la syphilis dans un contexte évocateur d’infection (...)

Dépistage de la syphilis dans un contexte évocateur d’infection sexuellement transmissible par les Médecins généralistes d’Île-de-France

Thèse de Laurence VELTEN présentée et soutenue publiquement le 21 mai 2015.

mardi 16 juin 2015

La syphilis est une infection sexuellement transmissible (IST) bactérienne causée par T. pallidum dont l’incidence est en forte augmentation en France depuis 15 ans. Cette IST touche principalement les hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH). Non traitée, cette maladie peut entraîner des complications graves, alors qu’il existe des traitements antibiotiques efficaces quand elle est dépistée précocement.

Matériel et méthode.

Nous avons cherché à savoir si les médecins généralistes (MG) dépistaient systématiquement la syphilis dans un contexte évocateur d’IST et quels facteurs pouvaient influencer leur décision. Une étude descriptive quantitative a été réalisée en demandant à 250 MG d’Île-de-France de remplir un questionnaire, 106 réponses ont été obtenues.

Résultats

Presque tous les MG déclarent dépister la syphilis au cours d’un bilan d’IST (98%) ou en cas de signe clinique évocateur (93%). Si deux tiers des MG reconnaissent les signes cliniques de syphilis secondaire, seulement 39 % d’entre eux recherchent la notion de rapports homosexuels.

Discussion.

Ainsi, les facteurs de risque de syphilis restent méconnus de la majorité des MG. Un interrogatoire précis sur les pratiques sexuelles, la connaissance des symptômes évocateurs, l’appartenance à un groupe de pairs, et le lien avec un infectiologue sont autant de facteurs qui inciteront le MG à proposer le dépistage de la syphilis. Le fait de ne pas oser interroger les patients sur leurs pratiques sexuelles, l’idée que cette pathologie reste rare en ville, le manque de temps pour se consacrer à la prévention des IST, et la méconnaissance de la syphilis et de sa prise en charge constituent encore des obstacles pour réaliser ce dépistage.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0