CMGE - UPMC
Accueil du site > Thèses de médecine générale > Enquête auprès des médecins généralistes sur l’apport des nouvelles (...)

Enquête auprès des médecins généralistes sur l’apport des nouvelles technologies dans la relation médecine de ville-hôpital.

Thèse de Marine DELAHAYE, présentée et soutenue publiquement le 1er Octobre 2015.

jeudi 22 octobre 2015

La communication et la transmission de l’information sont devenues des enjeux majeurs de la politique de santé. La coopération entre les médecins généralistes et l’hôpital est fondamentale pour la continuité des soins. L’objectif de cette étude était de mettre en évidence les carences ressenties par les médecins généralistes dans ce domaine et de proposer des solutions afin d’y répondre, notamment via les nouvelles technologies.

Méthodes :

Il s’agit d’une étude quantitative, observationnelle, réalisée via un questionnaire, envoyé par voie postale à 1017 médecins généralistes des communes du périmètre des hôpitaux universitaires Paris ouest entre mars et juillet 2015. Les réponses étaient réalisables par retour du courrier ou sur internet par le lien fourni dans l’envoi postal. Résultats :

51 médecins généralistes ont répondu au questionnaire soit 5% de réponses, la majorité par retour de courrier (47/51 soit 92%). Le critère d’adressage d’un de leurs patients à l’hôpital le plus important était la qualité de prise en charge pour 41% d’entre eux, et la relation de confiance avec les praticiens hospitaliers pour 33%. Ils les adressent plutôt en urgence (47%) ou en consultation (41%) que pour des hospitalisations programmées ou des examens complémentaires. Concernant l’entrée en hospitalisation de leurs patients, 51% rapportent ne pas être prévenus et 58,8% sont prévenus après l’hospitalisation, voire jamais 33%. Néanmoins, l’information médicale était transmise via un compte rendu (CR) pour 71% d’entre eux, globalement de bonne qualité (diagnostic posé, traitement, examens réalisés explicites). Les principaux écueils étaient la difficulté à joindre un médecin hospitalier et le délai de réception du CR d’hospitalisation et du CR de consultation, reçu entre 8 et 30 jours respectivement à 61% et 76,5%. Ce délai était considéré comme trop long pour 71% des médecins interrogés. Globalement 76,5% ne sont que moyennement satisfaits de la communication entre la médecine de ville et l’hôpital, liés à ce retard d’information, voire l’absence d’information, à l’absence d’implication dans les décisions concernant leur patient. Une des propositions serait la généralisation de l’utilisation des messageries sécurisées pour le transfert des CRH et les échanges entre confrères, 65% sont prêts à l’utiliser. Un autre axe proposé est l’organisation de réunions de décisions sur un patient entre les médecins hospitaliers et les médecins de ville et des une meilleure connaissance des intervenants en ville et à l’hôpital pour une meilleure interaction.

Conclusion :

La communication existe mais ne satisfait pas les médecins généralistes. Le délai de transmission de l’information devrait être raccourci. Pour cela, l’utilisation des nouveaux outils de communication notamment via les messageries sécurisées serait un des moyens de palier à cette carence, surtout par leur caractéristique d’être rapide et sans délai.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0