CMGE - UPMC
Accueil du site > Thèses de médecine générale > Evaluation de la technique de prise des traitements inhalés chez des (...)

Evaluation de la technique de prise des traitements inhalés chez des adultes en soins primaires.

Thèse de Grégoire LONGCHAL présentée et soutenue publiquement le 21 avril 2016.

lundi 4 juillet 2016

La technique de prise des traitements inhalés est un élément déterminant pour assurer leur efficacité et le contrôle des maladies respiratoires chroniques obstructives telles que l’asthme ou la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).

Cette étude observationnelle, réalisée auprès de patients de soins primaires, évalue la prévalence d’une réalisation correcte de la prise des traitements inhalés à partir d’enregistrement vidéo de chaque patient. La qualité de la technique de prise a été estimée par 3 observateurs indépendants selon une liste de critères consensuels et en aveugle du recueil des informations démographiques et cliniques de base. Les objectifs de cette étude sont d’une part d’identifier les facteurs de risque prédisposant à une technique d’inhalation incorrecte et d’autre part d’estimer la concordance inter-observateur d’un questionnaire basé sur une liste de critères consensuels et utilisé pour évaluer la technique de prise de ces traitements.

Nous avons inclus 27 patients adultes (âge moyen de 66 ans) souffrant principalement d’asthme (52%) ou de BPCO (44%) et utilisant quotidiennement un traitement inhalé. Respectivement 26 et 1 patients utilisaient comme dispositif un inhalateur à poudre sèche (DPI) et un aérosol doseur pressurisé (pMDI) pour l’administration de leur traitement de fond. Nous avons trouvé que seulement 33% des patients maitrisaient la technique de prise de leur traitement inhalé, tous dispositifs confondus. La technique de prise était adéquate chez respectivement 35% et 0% des utilisateurs d’un DPI et d’un pMDI. Le seul facteur associé à une prise incorrecte du traitement inhalé a été le statut tabagique, avec une tendance à une meilleure prise chez les patients tabagiques actifs (p = 0.049). L’accord inter-observateur concernant l’évaluation globale de la maitrise de la technique de prise, basé sur le respect de l’ensemble des critères de prise considérés comme majeurs, était faible (κ = 0.35 [- 0.44 – 1.13]). Un accord inter-observateur moyen a été observé pour l’évaluation de deux critères considérés comme majeurs, d’une part l’expiration pré-inspiratoire (κ = 0.60 [0.26 – 0.94]) et d’autre part l’apnée post-inspiratoire (κ = 0.59 [0.13 – 1.05]).

Nous concluons qu’une proportion importante de patients de soins primaires ne maitrise pas la technique de prise de leur traitement inhalé. Notre étude n’a pas permis d’identifier de facteur d’intérêt clinique prédisposant à une mauvaise prise. Nous avons trouvé une discordance inter-observateur significative pour l’évaluation de plusieurs critères de prise, en particulier pour certains critères considérés comme majeurs. L’accord inter-observateur concernant l’évaluation globale de la technique de prise était faible. Par conséquent, nous estimons que l’utilisation d’un tel questionnaire peut manquer de reproductibilité et que l’utilisation de paramètres plus objectifs serait mieux adaptée à une évaluation fiable de la technique de prise des traitements inhalés.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0