CMGE - UPMC
Accueil du site > Thèses de médecine générale > L’obésité : un obstacle au dépistage de la dénutrition des personnes (...)

L’obésité : un obstacle au dépistage de la dénutrition des personnes âgées par les médecins généralistes en France métropolitaine.

Thèse de Lucie BOLIGNANO, présentée et soutenue publiquement le 13 mai 2016

jeudi 13 avril 2017

L’obésité est associée communément à des apports alimentaires trop conséquents, et la dénutrition à un manque. L’hypothèse est de considérer que la dénutrition chez les personnes âgées obèses est moins dépistée que chez les personnes âgées maigres du seul fait de leur obésité.

Méthode

Etude quantitative par questionnaire, à partir d’un échantillon aléatoire de médecins généralistes constitué à partir du site du Conseil National de l’Ordre des médecins. Les médecins, contactés par téléphone, recevaient après accord le questionnaire par mail. Deux patients âgés de plus de 75 ans étaient choisis, l’un avec un IMC > 30 kg/m2, l’autre un IMC < 18 kg/m2. Le questionnaire comportait des questions sur le poids, les conseils diététiques, l’utilisation d’un test de dépistage et le bilan biologique effectué. Le critère de jugement principal était le dépistage de la dénutrition par l’albuminémie.

Résultats

1641 médecins généralistes ont été contactés, 567 ont souhaité recevoir le questionnaire, et 160 ont répondu. Par comparaison à un patient maigre (IMC < 18,5 kg/m2), la probabilité d’avoir une recherche de la dénutrition par l’albuminémie, chez un patient en surcharge pondérale (IMC ≥ 25 kg/m2) est diminuée de 89 % (OR = 0,11 ; p < 0,01). La recherche de la dénutrition diminue de 4% par année d’exercice de la médecine en plus (OR = 0,96 ; p = 0,002). Elle augmente de 8 % par année d’âge en plus du patient (OR = 1,08 ; p = 0,003).

Conclusion.

Les médecins généralistes dépistent moins la dénutrition chez les patients âgés obèses que chez les maigres. L’obésité, associée à un excès d’apport, prive le médecin de considérer à risque de dénutrition toutes les personnes âgées indépendamment de leur IMC. La modification de cette représentation, éviterait de leur infliger une double peine qui associe les complications de l’obésité et celles liées au retard au dépistage de la dénutrition.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0