CMGE - UPMC
Accueil du site > Thèses de médecine générale > Typologie des médecins généralistes vis-à-vis de leur engagement dans la (...)

Typologie des médecins généralistes vis-à-vis de leur engagement dans la vaccination. données issues de l’étude DIVA

Thèse de Marthe de SAGAZAN, présentée et soutenue publiquement le 23 mars 2017.

jeudi 27 avril 2017

Un vaccin est une préparation antigénique qui a pour but d’induire chez la personne ou l’animal qui le reçoit, une réponse immunitaire spécifique d’un agent pathogène. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la vaccination consiste à immuniser une personne contre une maladie infectieuse, généralement en lui administrant un vaccin.

Reconnue pour ses effets salvateurs mondiaux, la vaccination est un des objectifs de santé publique. Le médecin généraliste français est l’acteur principal de cette prévention. Il est démontré que le médecin traitant a un rôle de conseiller et d’information avec des conséquences directes non négligeables.

Notre travail a évalué les typologies des médecins généralistes au regard de leur engagement dans la vaccination grâce aux données de l’étude française des Déterminants des Intentions de la Vaccination (DIVA). Cette étude était observationnelle, descriptive, nationale, prospective, randomisée, centralisée.

Les résultats ont montré 4 profils de médecins généralistes différents. La majorité des 1069 médecins généralistes interrogés étaient persuadés de l’efficacité de la vaccination jusqu’à vouloir convaincre leurs patients réticents pour 78% des praticiens les plus engagés. Cette étude a révélé que les praticiens étaient globalement moins convaincus des bienfaits de la vaccination contre les infections au papillomavirus et contre celles au pneumocoque. Les médecins non engagés exerçaient majoritairement en ville, avaient moins participé à la formation de 2013 sur la vaccination, recevaient moins de visiteurs médicaux, réalisaient moins de pédiatrie et moins d’actes que les classes favorables à la vaccination.

Les thèmes les plus controversés concernaient l’adaptation au contexte de la consultation, l’expérience de la vaccination, les aspects organisationnels comme le coût pour la collectivité et les informations scientifiques sur la vaccination.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0