CMGE - UPMC
Accueil du site > Thèses de médecine générale > Obstacles à la prescription et au suivi de l’auto-surveillance (...)

Obstacles à la prescription et au suivi de l’auto-surveillance glycémique chez les patients diabétiques de type 2 insulinotraités selon les médecins généralistes du Val de Marne.

Thèse de Saliha DJEFEL ABDOUN présentée et soutenue publiquement le 11 mai 2017

samedi 30 décembre 2017

La pratique de l’auto-surveillance glycémique (ASG) est utile et recommandée chez les patients diabétiques de type 2 insulinotraités. Pourtant on constate actuellement que sa pratique est loin d’être optimale. L’objectif principal de notre étude est de quantifier les obstacles à la prescription et au suivi de l’ASG chez cette population de diabétiques. L’objectif secondaire est d’évaluer les solutions pour son optimisation.

MATERIELS ET METHODE :

Nous avons réalisé une étude descriptive transversale, quantitative, réalisée à l’aide d’un questionnaire anonyme adressé par voie postale aux médecins généralistes exerçant dans le Val de Marne.

RESULTATS :

Le taux de participation à l’enquête était de 16,80%. Les obstacles à la gestion de l’ASG les plus souvent rapportés comme freins majeurs étaient :
- absence du carnet glycémique en consultation : 80,33% (IC95% :73%-87%),
- non réalisation de l’ASG par le patient : 55,74% (IC95% :47%-65%),
- manque de temps pour le médecin généraliste : 54,10% (IC95% : 45%-63%).

Les solutions pouvant optimiser la gestion de l’ASG étaient :
- lecteurs glycémiques sans piqûre : 84,9% (IC95% :78%-91%),
- délégation de certains points du suivi de l’ASG aux IDE : 84,75% (IC95% :78%-91%), Et en plus faible proportion :
- la mise en place du dossier médical partagé : 49,2% (IC95% :40%58%),
- une rémunération plus adaptée 44,07% (IC95% :35%-53%)
- des outils d’aide à la décision pouvant être associés à une télésurveillance : 42% (IC95% :33%-51%).

CONCLUSION :

La difficulté d’observance de l’ASG par les patients et le manque de temps du médecin généraliste en consultation semblent nuire au suivi de l’ASG. Le recours aux outils issus des nouvelles technologies et à la coopération avec les IDE pourraient contribuer à l’optimisation de la gestion de l’ASG.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0