CMGE - UPMC
Accueil du site > Thèses de médecine générale > Corrélations entre les spécificités démographiques de la Seine-Saint-Denis (...)

Corrélations entre les spécificités démographiques de la Seine-Saint-Denis et les difficultés de la mise à l’insuline en ambulatoire des diabétiques de type 2 . .

Thèse de Bijane OROUDJI présentée et soutenue publiquement le 15 avril 2005.

lundi 3 juillet 2006

Le diabète de type 2 est une maladie chronique dont les complications sont nombreuses et lourdes de conséquences, dont l’évolution est inéluctable et dont la prévalence ne cesse d’augmenter.

La Seine-Saint-Denis est un département présentant des spécificités : le nombre de diabétiques est supérieur à la moyenne nationale (France métropolitaine), la prévalence du diabète est également plus forte, la population est composée d’un plus grand nombre d’immigrés, enfin la densité médicale et paramédicale est faible.

Le médecin généraliste a un rôle important dans le dépistage du diabète, mais également dans la prévention de ses complications. Pour cela, il adapte le traitement à mesure de l’évolution du diabète afin d’obtenir un équilibre le plus satisfaisant possible. Devant une maladie évolutive, les modalités du traitement évoluent également. Or, à l’heure actuelle, quand le diabète est mal équilibré malgré un traitement oral maximal, la seule issue possible reste l’insuline injectable.

Le but de la thèse est de faire un état des lieux de la pratique des médecins généralistes de la Seine-Saint-Denis quant à la mise à l’insuline des diabétiques de type 2 déséquilibrés malgré un traitement oral maximal ; ceci, en dehors des décompensations aiguës, de la chirurgie et du diabète gestationnel.

Pour cela, l’ensemble des médecins généralistes de la Seine-Saint-Denis a reçu un questionnaire (annexe N°1). Celui-ci permettra de répondre à certaines questions :

- Combien de diabétiques de type 2 les généralistes suivent-ils ?

- Quelles sont les origines de ces patients ?

- Selon quels critères les généralistes posent-ils l’indication de l’insulinothérapie ?

- Combien de médecins instaurent l’insulinothérapie ?

- Cela leur semble-t-il possible ?

- Quelles modalités thérapeutiques emploient-ils ?

- Quelles difficultés rencontrent-ils ?

- Sont-ils en relation avec les spécialistes ou les paramédicaux ?

- Quelles sont les attentes des généralistes pour faciliter la mise à l’insuline ?

Les réponses à ces interrogations, comparées à ce que la littérature décrit quant à l’insulinothérapie en France et ailleurs, permettra de savoir s’il existe un lien entre les spécificités de la Seine-Saint-Denis et l’instauration de l’insulinothérapie du diabétique de type 2 insulino-requérant par le généraliste.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0