CMGE - UPMC
Accueil du site > Thèses de médecine générale > LE CARNET DE MATERNITÉ : un outil indispensable pour le suivi des (...)

LE CARNET DE MATERNITÉ : un outil indispensable pour le suivi des grossesses.

Thèse de Céline CASALS - PRÉSENTÉE ET SOUTENUE PUBLIQUEMENT LE 30 juin 2006

lundi 14 mai 2007

Un outil indispensable pour le suivi des grossesses

L’idée de cette thèse m’est venue quand, après plusieurs stages en milieu hospitalier et en ville, j’ai découvert, en lisant un article, l’existence du « carnet de maternité  ». Je ne l’avais jamais vu, ni n’en avais entendu parler tout au long de ma formation d’externe et de résidente !

Son intérêt m’a paru alors évident devant les multiples problèmes rencontrés au cours des consultations obstétricales en ville comme à l’hôpital, chez le gynécologue obstétricien ou le généraliste (de plus en plus sollicité au cours des grossesses). En effet, le manque de coordination du suivi obstétrical, la répétition inutile des examens, l’insuffisance des informations délivrées aux patientes sont des problèmes largement répandus.

Malgré son évidente utilité, force est de constater que ce carnet n’est guère utilisé en région parisienne et dans une moindre mesure dans le reste de la France. Le chiffre de 3% (!) d’utilisation réelle sur l’ensemble du territoire français a été avancé aux Journées Nationales de la Médecine Générale de 2004 organisées par la Revue du Praticien. Après plusieurs recherches dans les articles scientifiques et thèses je n’ai trouvé qu’un travail concernant ce sujet : il s’agit d’un mémoire de sage-femme, mais seule l’opinion de ses consoeurs y est demandée. Aucun autre travail ne propose une explication, et une éventuelle solution, à cette situation d’échec avéré !

J’ai donc décidé d’étudier les raisons qui ont fait que cet outil de suivi et d’information destiné aux femmes enceintes et aux professionnels de santé n’a pas réussi à s’imposer partout en France.

C’est dans ce but que j’ai réalisé une enquête auprès des acteurs concernés : patientes, médecins généralistes, gynéco-obstétriciens et sages femmes, travaillant en privé comme à l’hôpital. Je voulais ainsi mieux cerner les origines de l’échec de l’utilisation de ce carnet de maternité (qui est pourtant disponible depuis 1990) afin de pouvoir proposer les modifications susceptibles d’en faire un instrument indispensable à chacun d’eux.

Ce travail se divise en quatre parties :

Dans un premier temps, après un rappel historique et législatif, nous décrirons le contenu du carnet de maternité.

Puis, avec plusieurs articles à l’appui, nous montrerons à quel point tout le personnel de santé concerné semble unanime quant à la nécessité d’un outil de communication et d’information, confié à la patiente, pour améliorer le suivi des grossesses.

Nous présenterons ensuite les résultats de notre enquête, réalisée dans les 11e, 12e et 20e arrondissements à Paris, auprès de 79 médecins généralistes, 45 gynécologues obstétriciens, 45 sages femmes et 169 femmes enceintes.

Pour finir, en nous appuyant sur notre enquête et d’autres travaux, nous tenterons d’expliquer pourquoi le carnet actuel a échoué et comment le transformer en un véritable « carnet de santé pour suivi de grossesse », de la même façon que le carnet de santé de l’enfant paraît actuellement indispensable au suivi et à la bonne prise en charge des enfants.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0